Le décor peint de la grande salle d’apparat du Châtel de Theys obéit à un schéma de composition que l’on connaît bien dans d’autres ensembles. En partie basse se déploie une fausse tenture, puis, dans la partie médiane, la plus large et la plus importante, se développe un réseau géométrique très coloré au sein duquel prennent place des quadrilobes historiés ainsi que des médaillons. Enfin, en partie haute, une frise alterne des blasons armoriés avec des motifs décoratifs végétaux. 

Cependant, si nous connaissons ce type de composition à travers d’autres exemples, aucun n’a gardé une surface peinte aussi importante (plus de 150 m2), car les réaménagements successifs des espaces de vie ont détruit tout ou partie des décors médiévaux. Dans le cas de Theys, nous conservons un ensemble très complet qui épouse de surcroît les aménagements d’origine décrits précédemment, c’est-à-dire la cheminée, le lavabo, les fenêtres à coussièges et même la porte des latrines sur laquelle se distingue encore le réseau géométrique. 

Ainsi, il est facile de comprendre en quoi la salle peinte de Theys est exceptionnelle. En effet, ne nous donne-t-elle pas l’impression que les habitants du Moyen Âge viennent de quitter la pièce en nous laissant leur cadre de vie indemne pour que nous puissions revivre leur quotidien ?

reconstitution