Le testament de l’évêque de Grenoble, Isarn, mort en 975, nous offre le premier document connu attestant de l’existence d’un édifice fortifié à Theys. Il y confirme avoir donné des terres sur le territoire de Theys à Rodolphe Aynard, en remerciement de sa bravoure et de son aide décisive pour la défense du diocèse. 

Les Aynard possèdent dès lors les terres de Theys pendant près de 300 ans, jusqu’en 1246, date à laquelle ils concluent un échange avec André Dauphin de Bourgogne, comte d’Albon et du Viennois, qui désirait renforcer sa position face à la Savoie. 

Moins de 40 ans plus tard, en 1282, le dauphin de Viennois, endetté, veuf et sans héritier, cède les châtellenies de Theys, La Pierre et Domène au comte de Genève en contrepartie de son alliance dans le conflit delphino-savoyard. Theys entre alors dans la sphère genevoise pour plus de 150 ans, formant une enclave entre Viennois et Savoie. 

Après l’intégration du Dauphiné au domaine royal, le roi de France signe en 1355 un traité de paix avec la Savoie et entreprend aussitôt de récupérer les châtellenies genevoises de Theys, La Pierre et Domène. 

Ce n’est qu’en 1408, après 50 ans d’âpres négociations, qu’il y parviendra. Theys entre alors dans le Dauphiné.